« Tu es bâtie sur des peurs ! »

par | Oct 12, 2020 | COACHING D'AUDACE | 2 commentaires

« Arrête d’avoir peur, fonce ! », « Allez, débarrasse-toi de ces craintes ridicules ! », « Mais de quoi as-tu donc peur ??! Vas-y ! »

On a déjà toutes entendu ces phrases censées nous rendre audacieuses, mais qui, en plus, d’avoir l’effet contraire, nous font culpabiliser de surcroit.

Bien sûr qu’être sans peur et sans reproche, ce serait le bonheur ! Et j’en reviens à mon cher Tony Robbins qui parvient à faire marcher ses adhérents sur des braises ardentes sans se brûler par la seule force de leur pensée. C’est tout simplement époustouflant! Mais, on n’en est pas toutes là…

Et, par cet article, j’ai envie de te montrer qu’en intégrant tes peurs dans ton quotidien, tu peux aussi vivre la vie qui te va, accomplir de grandes et belles choses.
Car tu sais, toi, ce qui se passe dans la tête d’une superhéroïne ??!

 

Quelqu’un m’a dit un jour :

« J’ai l’impression que tu es bâtie sur des peurs ».

Et c’est exactement ça.

J’ai essayé de me débarrasser de mes peurs. Certaines se sont d’ailleurs dégonflées telles des baudruches : en m’aventurant à leur rencontre, en imaginant ce qu’il pouvait m’arriver de pire, je me suis aperçue que « le pire » n’était pas si grave.

A ce titre, la Fleur de Bach « Aspen » est le parfait remède pour traiter ces peurs vagues et inexplicables, sans véritable fondement : soit la peur se dissipe, soit tu parviens à la discerner. Tu réalises alors que cela ne te fait pas vraiment peur, et retrouve l’apaisement.

D’autres peurs, par contre, me collent résolument aux basques !

C’est pourquoi, à un moment de ma vie, j’ai décidé de ne plus m’y confronter, de faire uniquement des choses que je ne craignais pas. J’ai alors découvert qu’il y a pire que la peur : la routine. Et elle est carrément mortelle !

J’ai donc apprivoisé mes peurs. Je sais qu’elles font partie de ma vie, et je les en remercie car elles me font me sentir vivante. J’aime l’implacable lucidité de la peur : c’est elle qui m’évite de foncer à travers tout comme une poule sans tête, c’est elle qui me fait analyser les risques, prévoir un plan B (et C, et D, et E, et… 😉)

En revanche, je refuse que la peur m’empêche de vivre ! J’ai intégré son utilité. Mais aujourd’hui, je la transcende pour me réaliser.

Quand la peur me prend, je m’interroge :

« Qu’est-ce qui fait que ma peur est plus forte que mon envie ? »

Et bien souvent, ce sont mes « mémoires » : Une situation actuelle ou future me rappelle un évènement du passé que j’ai mal vécu. J’aborde alors cette nouvelle situation, non pas comme une page blanche, curieuse de nouveauté, mais chargée de tous les souvenirs liés au passé, et des sensations et émotions négatives qui en découlent. Pas étonnant dès lors d’être bouffée par l’appréhension !

Si tu es souvent confrontée à ces « mémoires », je t’invite à essayer « Walnut », une Fleur qui, non seulement t’aidera à traverser le changement en douceur, mais aussi à lâcher tes vieilles habitudes. « Chestnut Bud », quant à elle, facilite l’intégration des leçons des expériences passées, pour éviter de retomber dans les mêmes schémas, le même « déjà-vu ». Enfin, « White Chestnut » court-circuite les scénarii-catastrophes mentaux, le petit vélo qui pédale sans relâche dans ta tête.

Et finalement, cette remarque qui m’avait tellement bousculée, je la (com)prends aujourd’hui comme un compliment.

Jacques BREL disait :

« Ce qu’il y a de difficile, pour〚quelqu’un〛qui habiterait Vilvoorde et qui voudrait aller à Hong Kong, ça n’est pas d’aller à Hong Kong, c’est de quitter Vilvoorde »

Comme lui, je pense profondément que la majorité de nos peurs viennent de cette tension permanente entre quitter le connu pour l’inconnu.

Ne dit-on pas :

« Vas-y ! Quitte ta zone de confort » ?

Alors que, bien souvent, si tu rêves de changement, c’est que cette zone est devenue tout sauf confortable…

J’ai aussi rencontré beaucoup de femmes dont le problème est devenu l’identité. D’ailleurs la société les y aide par la terminologie utilisée car le verbe « être » fige la situation :

« Lucie est alcoolique », « Eve est dépressive », « Ana est boulimique », « Marie est obèse », « Julia est sans emploi »

Alors que chacune des ces femmes est tellement d’autres choses bien plus valorisantes ! Mais elle en arrive à être son problème, à se confondre avec lui. Par conséquent, si on lui enlève son problème, elle n’est plus rien. Dans ces conditions, comment ne pas être morte de trouille à l’idée de changer ??!

Je suis pour la paix des ménages, mais, force est de constater qu’il en est de même pour « Rose est la femme de Franck ». Et, si elle ne l’est plus, qui est-elle ?…

A cet égard, j’aime la conception du couple de Claude, le routinologue du best-seller de Raphaëlle Giordano, « Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en n’as qu’une », qui appelle Camille, l’héroïne, à considérer son conjoint comme la cerise sur le gâteau.  Cela signifie que toute femme est déjà complète seule, et que l’autre vient comme la touche finale qui embellit notre quotidien, et non comme la deuxième moitié d’orange qui viendrait compléter notre incomplétude…

Mais, le débat est ouvert 😉

 

Je terminerai cet article en te conseillant le superbe ouvrage de Meera Lee PATEL, « Mon amie la peur ». Cette jeune indo-américaine aux multiples talents (écrivaine, poète, aquarelliste) et à la beauté fascinante s’est interdit de vivre pendant vingt ans par peur : du regard des autres, du sien, du désir, de la solitude, de la sincérité, de la déception, de la magie, du quotidien, …

Ce livre est le résultat d’un long décryptage patient de ses blocages : elle y partage avec pudeur mais enthousiasme ses clés pour comprendre et apprivoiser la peur, et en faire une alliée du quotidien. Pour vivre tout simplement. A lire absolument !

P.S. : Les Fleurs de Bach mentionnées dans l’article sont disponibles chez Tell me more et en pharmacie.

 

 

2 Commentaires

  1. Pirrera

    Superbe article qui, comme les précédents, fait réfléchir et fait du bien.
    Merci Aurore !

    Réponse
    • Aurore

      Merci aussi pour ce commentaire très positif et qui me donne envie de continuer à écrire ♥

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aurore

Aurore

Je m’appelle Aurore et je suis coach d’épanouissement pour femmes à Huy.

Une recherche en particulier ?