Atelier post-confinement:

Saisissez votre seconde chance!

Au sortir du confinement, vous vous apercevez que, finalement, cet « enfermement forcé », bein… , ce n’était pas si mal ?
L’occasion rêvée pour vous découvrir de nouvelles envies, de nouveaux talents, de nouveaux projets… qui ont germés, voire carrément pris forme ces six dernières semaines : cuisiner plus sainement, être moins « speed » avec les enfants, dépenser moins, customiser votre job pour qu’il vous ressemble plus,…

ET MAINTENANT ?

Vous y avez pris goût, et n’avez aucune envie de reléguer ces nouvelles bonnes idées dans un tiroir avec l’étiquette « Doux rêve dans une période improbable : impossible à réaliser ».

C’est pour VOUS que j’ai imaginé l’Atelier :
SAISISSEZ VOTRE SECONDE CHANCE!
-> Que votre « projet » soit professionnel ou plus personnel.
-> Qu’il soit déjà assez précis ou dans le flou artistique, cela importe peu!

Tant qu’est présente la volonté de mettre des choses en place pour vivre votre vie en mieux, et que vous amenez toutes vos réflexions avec vous : BIENVENUE !!!

Au programme :
– DES PISTES BIEN-ÊTRE adaptées à chacun.e d’entre vous pour faire peau neuve après la crise et commencer sur de bonnes bases.
– PLACE A LA CREATIVITE ! : Un brainstorming ludique de vos idées, envies et talents pour trouver le SEL de votre vie.
– PLAN D’ACTIONS : Comment concrétiser tout cela ? Mais à votre rythme, hein ! Le but est de se faire plaisir tout en dessinant un avenir qui vous corresponde.

Infos pratiques :
Le samedi 30 mai 2020 de 10h à 14h30 chez Tell me more… (Rue de Wawehaye, 49 – 4500 Huy).
– PAF : 60€
– Max 5 personnes, afin de respecter les règles sanitaires en vigueur. Merci de vous munir d’un masque.
– Pensez à amener votre lunch pour midi.

Le nombre de places étant limité, un acompte de 20€ sur le compte BE47 0689 3312 5980 garantira votre inscription (Communication : « Atelier seconde chance » + votre nom) – Les 40€ restants sont à payer sur place.

Petits + :
– Parking aisé
– Thé – Café – Eau – Petites « grignottes » OFFERTS
– Si, à l’issue de cet atelier, vous souhaitez aller plus loin dans la concrétisation de vos idées, je vous offre – 15% sur une séance de coaching individuelle.

Inscrivez-vous et/ou posez toutes vos questions au 0460/97.03.57 ou par mail

A NE PAS RATER!!!

Si vous vous inscrivez à cet atelier entre ce mercredi 20 mai 2020 17h et mercredi prochain, 27 mai 2020 minuit, vous bénéficierez, outre les précieux conseils de l’atelier, d’un coaching en ligne (ZOOM) d’1/2h GRATUIT pour vous aider SUR MESURE dans la concrétisation de votre projet.

Saisissez votre seconde chance !

« Les nouveaux débuts sont souvent déguisés en douloureuses fins »

Lao Tzu

Drôle de choix de citation me direz-vous, alors que le confinement touche à sa fin…

Je ne rentrerai pas ici dans le débat « Santé >< Economie », mais personne n’est sans savoir que, si le déconfinement est en marche, certains ont vécu (ou vivent) d’autres bien tristes fins (immunité défaillante, perte d’un être cher, licenciement économique, faillite,…).

A plus large échelle, cette crise, qui semble comme la rébellion de la Terre Blessée par la Folle Humanité , oblige l’Homme à s’adapter s’il veut survivre. Or, composer avec l’imprévisible, c’est tout sauf confortable ! Pour organiser l’inattendu, il faudra sûrement bricoler encore longtemps. Et, une fois n’est pas coutume, « selon que vous serez puissant ou misérable » ni changera rien…

Et puis, il y a VOUS…

VOUS, pour qui le confinement, bein… , ce n’était pas si mal : l’occasion rêvée pour vous découvrir de nouvelles envies, de nouveaux talents, de nouveaux projets… qui ont germés, voire carrément pris forme ces six dernières semaines : cuisiner plus sainement, être moins « speed » avec les enfants, dépenser moins, customiser votre job pour qu’il vous ressemble plus,…)

Et maintenant ?

Vous y avez pris goût, et n’avez aucune envie de reléguer ces nouvelles bonnes idées dans un tiroir avec l’étiquette « Doux rêve dans une période improbable : impossible à réaliser ».

Dans « Les aventures d’Huckleberry Finn », Mark Twain a écrit en parlant du jeune héros et de ses amis : « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait ».

Dès lors, qu’est-ce qui VOUS en empêcherait ?

Pour VOUS, j’ai imaginé l’atelier : Saisissez votre seconde chance ! 

Que votre « projet » soit professionnel ou plus personnel.

Qu’il soit déjà assez précis ou dans le flou artistique, cela importe peu.

Tant qu’est présente la volonté de mettre des choses en place pour vivre votre vie en mieux, et que vous amenez toutes vos réflexions avec vous : BIENVENUE !!!

Infos pratiques :

– Le samedi 30 mai 2020

– de 10h à 14h30

– Chez Tell me more… (Rue de Wawehaye, 49 – 4500 Huy)

– PAF : 60€ TTC

–  Les places sont limitées à 5 personnes, afin de respecter les règles en vigueur.

Restez attentif.ve.s à ma page FB et à mon site : Plus de précisions suivront quant au programme.

ATELIERS :

Les ateliers qui ont malheureusement dus être annulés en mars et avril seront reprogrammés à une date ultérieure (à préciser en fonction de l’évolution du déconfinement).

SEANCES INDIVIDUELLES :

J’ai la grande joie de vous annoncer que je reprends les séances individuelles en Cabinet la semaine du 11 mai.

Excepté pour les soins Altéarah : Ceux-ci impliquant le toucher, les rendez-vous pour un soin harmonisant  ou  reconnectant   seront fixés à partir du 18 mai.

Je terminerai cette newsletter de mai en vous le souhaitant délicieux et parfumé comme un bouquet de muguets.

Soyez heureux et prenez soin de vous et de vos proches !

Vous le valez bien !♥

 aj@tellmemore-coaching.be

0460/97.03.57

www.tellmemore-coaching.be

Tellmemore-coaching.be

« Et si on lâchait prise? »

Par Aurore JACOBS – Tell me more… – Coach de vie & formatrice

Article rédigé pour la plateforme CAMP

« L’avenir n’est pas ce qui va arriver, mais ce que nous allons faire »

Henri BERGSON

Depuis quelques jours – j’ai arrêté de compter – je suis confinée avec mon petit garçon de trois ans, mon conjoint étant réquisitionné à l’hôpital.

J’adore mon fils.

Mais je déteste jouer.

Je connais les vertus du jeu.

Mais j’ai toujours « plus important » à faire.

Par trois fois, Julian m’a demandé de m’asseoir à sa dinette, par trois fois, je lui ai répondu : « Attends ! »

J’ai finalement cédé, et savoure, le téléphone à la main, la délicieuse carotte en plastique qu’il me tend.

Mais, mes pensées, elles,  sont ailleurs :

  • Au linge mouillé qui attend d’être étendu ;
  • A la vaisselle qui s’accumule dans l’évier ;
  • Au sol qui aurait bien besoin d’un coup d’aspirateur ;
  • A mon activité professionnelle, qui, bien qu’en stand-by par la force des choses, m’appelle à être « au taquet » de chaque innovation et « bonne idée » qui pourrait aider les gens à se sentir mieux en cette période troublée et après.

– « Maman, maman !

– Euh, oui ?

– Je prends ton téléphone et te le mets là…

– Pourquoi ?

– Pour que tu joues toute entière avec moi ! »

  • Comme quoi, la vérité sort vraiment de la bouche des enfants !
  • Comme quoi, ce sont souvent les cordonniers les plus mal chaussés !

Je me souviens alors de cet atelier sur le lâcher-prise que j’ai animé fin 2019, où j’avais cité l’empereur romain, Marc Aurèle :

« Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l’être, mais aussi la sagesse de distinguer l’un de l’autre. »

  • C’est la base du lâcher-prise

Le lâcher prise commence avant tout par une décision : celle d’être dans l’acceptation totale des choses qui se présentent à nous et sur lesquelles on n’a pas de prise. Et c’est à partir d’un état d’esprit serein que l’on peut se mettre en marche pour changer ce qui peut l’être.

On peut rager et pester sur ce que le COVID-19 nous oblige à vivre.

Mais on n’en tirera rien de constructif. Juste des frictions familiales. Voire des  violences. Comme en France, où, après deux jours de confinement, le numéro d’urgence de l’Aide à l’Enfance en Danger était déjà saturé.

Alors, j’ai lâché mon téléphone.

Et nous sommes allés au jardin.

  • Et oui, Julian est tombé dans l’herbe quelques fois, à force de courir comme un petit fou.
  • Et oui, il a écrasé entre ses doigts la coquille d’un innocent escargot. Et l’hypersensible que je suis s’est retenue de crier au génocide.
  • Et oui, j’ai dû m’énerver une fois ou deux.

Mais surtout, nous avons tellement ri !

Et j’ai pu mesurer l’importance du lâcher prise quand il a saisi ma main, me demandant tout sourire : « Et demain, ce sera comme aujourd’hui ? »

Et franchement, j’ai été incapable de lui répondre…

… Et ça n’avait aucune importance !

Je vous invite, de votre côté, à tirer le meilleur de ce que cette crise nous offre à vivre :

C’est l’occasion de lever le nez du guidon (ou de son nombril, au choix) pour expérimenter pleinement le moment présent, qu’il nous plaise ou non. C’est le seul qu’il nous soit donné  face à des lendemains incertains.

Voici pour terminer quelques Fleurs de Bach qui peuvent vous soutenir pendant le confinement.

Vous les trouverez en pharmacie ou pouvez me contacter. Je vous les ferai parvenir avec leur mode d’emploi dans les plus strictes normes d’hygiène.

https://www.tellmemore-coaching.be/wp-content/uploads/2020/02/1545854925.jpg
  • Cherry Plum (Prunier Myrobolant) : Cette Fleur de l’apaisement rassurera les parents qui ont peur de perdre le contrôle, en leur redonnant la maîtrise d’eux-mêmes.
  • Impatiens : La situation actuelle vous semble durer une éternité et vous n’avez qu’une envie : qu’elle finisse !L’Impatience  calmera votre irritabilité et vous mènera à plus de  patience.
  • Mimulus vous aidera à dépasser les peurs aux contours précis liées au COVID-19 (peur de l’avenir, de la maladie, du manque d’hygiène, de la mort,…)
  • Le Rescue : Concentré de sérénité pour les peurs passagères comme pour les stress récurrents. C’est le seul remède qui soit composé.
  • Sweet Chestnut : Vous vous sentez abattus face à la crise actuelle et ne voyez pas d’issue ? Le Châtaigner vous aidera à lâcher prise pour permettre à quelque chose d’inattendu d’émerger (« la lumière au bout du tunnel ») et retrouver un sentiment de soutien intérieur.
  • Walnut : Fleur de l’adaptation et de la renaissance, le Noyer sera utile à ceux qui sont hypersensibles aux mutations actuelles.

Bon week-end !

Prenez soin de vous et de ceux que vous aimez !

Si cet article vous a plu, vous pouvez me retrouver :

www.tellmemore-coaching.be

FB: Tell me more – Coaching

aj@tellmemore-coaching.be

0032/460/97.03.57

Happy birthay, Tell me more… (Newsletter d’AVRIL 2020)

… 1 an déjà!

Ce 1er avril, Tell me more… fête sa première année d’existence (et compte en célébrer beaucoup d’autres !)

Si la conjoncture actuelle ne permettra pas de fêter « en live » cet anniversaire, j’ai cependant voulu donner à cette newsletter une note résolument optimiste.

Comme un pied de nez à la morosité ambiante.

Pour commencer, printemps + confinement obligent (je vous l’accorde, j’aurais pu faire plus original), j’ai fait DU TRI, et suis tombée sur un très chouette billet d’humeur de Michèle CÉDRIC (ex-présentatrice de « Dites-moi sur la RTBF) intitulé « NOTRE VIE DÉPEND DE NOUS ».

Je partage avec vous deux enseignements qu’elle a tirés de sa rencontre avec diverses personnalités de par le monde et qui me semblent bien à propos pour retrouver la foi dans le quotidien.

Le premier lui vient de Maddly BAMY, dernière compagne de Jacques BREL, et il s’agit d’un test de kinésiologie, tout simple mais tellement puissant :

Pensez à quelqu’un ou à quelque chose que vous aimez beaucoup (= pensée positive). Si une personne vous faisant face tente d’abaisser votre bras tendu à l’horizontal, il lui sera quasiment impossible d’y parvenir. Recommencez l’exercice en pensant à quelqu’un ou quelque chose que vous détestez (= pensée négative). Vous vous apercevrez que votre résistance sera nulle, votre énergie aura momentanément disparu. Votre bras ne résistera pas à la pression et ploiera facilement.

Ce petit exercice nous prouve que chaque pensée crée sa propre énergie, sa propre vibration qui, selon qu’elle soit positive ou négative peut nous anéantir ou nous propulser vers l’avant.

A nous, dès lors, à nous entraîner à éliminer les pensées destructrices dès qu’elles surviennent. Même, ET SURTOUT, en ces jours de tourmente !

Petit truc perso :

Lorsqu’une pensée négative m’envahit, que je me noie dans des souvenirs tristes ou des lendemains qui déchantent, je stoppe le « petit vélo » dans ma tête en lui disant « PRÉSENT ».

Ce mot endosse alors un double sens :

  • Le « PRÉSENT » se fait écho de celui qui fuse dans les salles de classe ou les casernes pour attester qu’élèves ou soldats sont bien « LÁ ».
  • Le « PRÉSENT » claque, en opposition au passé et au futur, pour revenir dans « l’ici et maintenant », en pleine conscience.

Le second enseignement vient de Luis ANSA, un sage argentin.

Celui-ci conseille de faire, chaque soir, le bilan des BEAUX MOMENTS de la journée (paroles, paysages, musiques, saveurs, senteurs, émotions, …)

En cette période où vous avez peut-être un peu plus le temps (mais les idées, pas toujours roses), je vous invite à essayer cet exercice. Vous verrez : ça fait un bien fou !

Bonus+++ :

Cette provision de belles pensées constructrices nourrira vos cellules et fructifiera pendant votre sommeil.

En ce qui me concerne, j’ai souhaité partagé mon expérience du lâcher prise, pas toujours évident en tant que « maman confinée ». Mon témoignage est accessible sur la très chouette plateforme, CAMP, qui promeut les MAC (= Médecines Alternatives & Complémentaires).

Envie de le découvrir ? C’est ICI.

Je terminerai cette newsletter en vous rappelant que Tell me more… reste à votre disposition pendant le confinement, par Skype, Messenger, téléphone, …

Et le sera plus que jamais, APRÈS !!!

Pour me contacter et/ou en savoir plus:

aj@tellmemore-coaching.be

0460/97.03.57

www.tellmemore-coaching.be

Tellmemore-coaching.be

Prenez soin de vous et de ceux que vous aimez.

Vibrez, rêvez, créez !

Mais restez confinés ! ♥

Et si on lâchait prise?

21/03/2020 – Par Aurore Jacobs https://camp.life/fr/blog/et-si-on-lachait-prise

« L’avenir n’est pas ce qui va arriver, mais ce que nous allons faire »                                                                                                       Henri BERGSON
 

Depuis trois jours, je suis confinée avec mon petit garçon de trois ans, mon conjoint étant réquisitionné à l’hôpital.

J’adore mon fils.

Mais, je déteste jouer.

Je connais les vertus du jeu.

Mais j’ai toujours « plus important » à faire.

Par trois fois, Julian m’a demandé de m’asseoir à sa dînette.

Par trois fois, je lui ai répondu:

« Attends! »

J’ai finalement cédé, et savoure, le téléphone à la main, la délicieuse carotte en plastique qu’il me tend.

Mais, mes pensées, elles, sont ailleurs:

Au linge mouillé qui attend d’être étendu;

A la vaisselle qui s’accumule dans l’évier;

Au sol qui aurait bien besoin d’un coup d’aspirateur;

A mon activité professionnelle qui, bien qu’en stand-by par la force des choses, m’appelle à être attentive à chaque innovation et « bonne idée » qui pourrait aider les gens à se sentir mieux en cette période troublée et après.

– « Maman, maman!

– Euh, oui?

– Je prends ton téléphone et le mets là…

– Pourquoi?

– Pour que tu joues TOUTE ENTIÈRE avec moi! »

=> Comme quoi, la vérité sort vraiment de la bouche des enfants!

=> Comme quoi, c’est souvent les cordonniers les plus mal chaussés!
 

Je me souviens alors de cet atelier sur le lâcher -prise que j’ai animé fin 2019, où j’avais cité l’empereur romain, Marc Aurèle:

« Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l’être, mais aussi la sagesse de distinguer l’un de l’autre. »

=> C’est la base du LÂCHER-PRISE…

Le lâcher-prise commence avant tout par une DÉCISION: celle d’être dans l’acceptation totale des choses qui se présentent à nous et sur lesquelles on n’a pas de prise. 

Et c’est à partir d’un esprit serein que l’on peut se mettre en marche pour changer ce qui peut l’être.

On peut rager et pester sur ce que le COVID-19 nous OBLIGE à vivre.

Mais, on n’en tirera rien de constructif. 

Juste des frictions familiales. 

Voire des violences. 

Comme en France, où, après deux jours de confinement, le numéro d’urgence de l’Aide à l’Enfance en Danger était déjà saturé 🙁

Alors, j’ai lâché mon téléphone.

Et nous sommes allés au jardin.

Et oui, Julian est tombé dans l’herbe quelques fois, à force de courir comme un petit fou.

Et oui, il a écrasé entre ses doigts la coquille d’un innocent escargot. Et l’hypersensible que je suis s’est retenue de crier au génocide.

Et oui, j’ai du m’énerver une fois ou deux.

Mais surtout, nous avons tellement ri!

Et j’ai pu mesurer l’importance du lâcher prise quand il a mis sa main dans la mienne, me demandant tout sourire: 

 » Et demain, ce sera comme aujourd’hui? »

Et franchement, j’ai été incapable de lui répondre…

… Et ça n’avait aucune importance!

Je vous invite, de votre côté, à tirer le meilleur de ce que cette crise nous OFFRE à vivre:

C’est l’occasion de lever le nez du guidon (ou de son nombril, au choix) pour expérimenter pleinement le moment présent.

Qu’il nous plaise ou non.

C’est le seul qui nous soit donné face à des lendemains incertains.
 

Pour conclure, voici quelques Fleurs de Bach qui peuvent vous soutenir pendant le confinement:

Vous les trouverez en pharmacie ou pouvez me contacter.

Je vous les ferai parvenir, avec leur mode d’emploi,  dans les plus strictes conditions d’hygiène.

– CHERRY PLUM (Prunier myrobolant): Cette Fleur de l’apaisement rassurera les parents qui craignent de « péter un câble », en leur redonnant la maîtrise d’eux-mêmes.

– IMPATIENS: La situation actuelle vous semble durer une éternité et vous n’avez qu’une envie: qu’elle finisse! Cette Fleur du calme intérieur apaisera votre irritabilité et vous mènera à plus de patience.

– MIMULUS vous aidera à dépasser les peurs aux contours précis liées au COVID-19: Peur de l’avenir, de la maladie, du manque d’hygiène, de la mort, peur de manquer, …

– RESCUE: C’est le concentré de sérénité par excellence! Efficace tant face aux peurs passagères que pour contrer un stress récurrent.

– SWEET CHESTNUT: Vous vous sentez abattu.e face à la tourmente et ne voyez pas d’issue? Le Châtaigner  vous aider à lâcher prise, pour permettre à quelque chose inattendu d’émerger (« La lumière au bout du tunnel ») et retrouver un sentiment de soutien intérieur.

– WALNUT: Fleur de l’adaptation et de la renaissance, le Noyer sera utile à ceux et celles qui sont hypersensibles aux chamboulements actuels (et aux changements en général).

Bon week-end!

Prenez soin de vous & et de vos proches!

Si cet article vous a plu, vous pouvez me retrouver:

Sur Facebook

Sur mon site & blog