Les Maux d’Amour: « Maintenant, comme avant »

par | Avr 10, 2021 | LECTURE INSPIRANTE | 0 commentaires

« Maintenant, comme avant », c’est l’histoire de Rose, 18 ans, aussi brune et robuste, que sa mère, Manette, était blonde et féline. Était. Ou plutôt, est. Car, l’été où Rose a décidé de perdre sa virginité, avec le meilleur ami de son père – qui, lui, n’est pas encore au courant –  ce « chat fugueur » de Manette réapparait comme par enchantement, la bouche en cœur et les yeux papillonnants.  Emiliano, le père, toujours amoureux de sa femme, l’accueille à bras ouverts. Rose s’enfuit chez son meilleur ami, Moïse (qui, lui, serait plus que d’accord de la dépuceler). La grand-mère, quant à elle, se réfugie dans l’abri de piscine, face au séisme que provoque dans son existence le retour de sa belle-fille prodigue.

 

Commence alors un long et mémorable été…

 

Raconté du point du vue de Rose, dans un langage d’ado, l’écriture est déroutante au début et nécessite un temps d’adaptation. Mais, l’héroïne est attachante, forte et fragile à la fois. Sans filtre. Elle regarde le lecteur droit dans les yeux pour lui confier ses états d’âme, avec l’insolence de sa jeunesse.

 

 

J’ai eu envie de partager cette lecture avec toi car elle aborde des thèmes qui me sont chers et auxquels je suis régulièrement confrontée dans mes coachings :

  1. Se construire sur des bases friables

Manette est partie, se délestant de son homme et de sa baby girl, pour suivre son groupe de rock préféré. Rose grandit, avec un sentiment profond d’abandon, renforcé par ses propres ratages amoureux, et l’amour, toujours aussi fou, que voue son père à sa mère, même 18 ans plus tard.

C’est difficile de se construire sans mère (comme sans père). Quoi que fassent « ceux qui restent », ils ne peuvent remplacer l’absent(e)

C’est difficile de se construire sur des bases friables.

Mais pas impossible.

Manette n’a pas abandonné « Rose ». Elle a abandonné une vie qui lui pesait, préférant courir les chemins de la liberté. Rose aurait tout aussi bien pu s’appeler Tabatha ou Hyppolite, sa mère serait partie quand même.

Et, en prendre conscience aide à déculpabiliser, même si, bien évidemment, cela ne résout pas tout: On comprend que la personne absente n’est pas partie à cause de nous, mais bien parce que la vie de famille qui s’ouvrait à elle ne pouvait pas cohabiter avec ses aspirations profondes.

En cela, « Maintenant, comme avant » évoque avec pudeur la thématique des mères qui ne souhaitent pas l’être, mais aussi les joies et les chagrins d’une famille décomposée, qui cherche, en tâtonnant, à se recomposer.

  1. Traverser les périodes de transformation

Ce roman est un récit initiatique. Dix-huit ans, c’est un âge-charnière : celui des choix qui tiraillent, entre la raison des adultes et l’ébullition de l’adolescence. Celui du corps qui se transforme. Celui des « première fois ».

L’Humanité traverse actuellement une autre période de transformation : Le monde post-Covid ne sera plus jamais comme avant. Pour t’aider à traverser ces changements avec sérénité et apprivoiser l’anormalité, je t’invite à regarder cette vidéo.

  1. Confronter sa réalité à celle des autres

La PNL (Programmation Neuro-Linguistique) utilise le terme de « carte du monde ». On parle aussi de « cadre de référence ». Ces deux concepts déterminent ce qui, pour chacun d’entre nous, est bien/mal, beau/moche, réussi/raté, … Souvent, ces critères nous ont été transmis – consciemment ou non – par nos parents. Nos expériences de vie sont venues y rajouter des couches, nous confirmant dans nos croyances. Par conséquent, nous en arrivons à penser que tout le monde fonctionne comme nous. Or, il n’en n’est rien : ma réalité n’est pas la tienne. S’intéresser à la carte du monde des autres, c’est découvrir qu’on peut appréhender l’existence sous des angles différents. C’est ôter nos œillères pour accueillir d’autres possibles.

Dans ce roman, on voit comment un drame absolu pour l’un est perçu par l’autre comme une bénédiction :

« Emiliano revint piteusement moins d’une année plus tard. Sans Manette. Avec moi. Selon ma grand-mère, les choses étaient rentrées dans l’ordre. Selon Emiliano, le Soleil s’était éteint à jamais »

  1. Affronter ses dépendances

Face à l’absence de celle qu’il aime, le père noie son chagrin dans l’alcool, jusqu’à ce que la grand-mère, en Bette Davis ardéchoise, y mette le holà. Le fils et la mère parviennent alors à un accord :  Emiliano aura droit à sa «cuite anniversaire» annuelle à la date où Manette s’est éclipsée. Et fera preuve de sobriété le reste de l’année.

Un rapport dysfonctionnel à la nourriture ou à l’alcool peut être vu comme une réponse au stress ou au mal-être. Il devient pour la personne ce qui semble être la seule échappatoire possible.

Dans le cas des dépendances, on donne son pouvoir à l’autre (qu’il soit humain, liquide ou solide). Et celui-ci prend le contrôle sur notre vie. Un des moyens de s’en sortir est le cadrage. Il n’est pas toujours nécessaire de passer par un sevrage pur et dur. On peut aussi se donner la permission, en trouvant la juste mesure… Et réparer la brèche par où le «poison» s’engouffre. Avec l’aide d’un(e) professionnel(le) si besoin.

  1. Faire du passé un éclairage (heureux) pour le présent

Le titre « Maintenant, comme avant » nous donne le sentiment que rien n’a changé en presque deux décennies. C’est en tous cas ce que plusieurs protagonistes voudraient croire : Emiliano, en accueillant sa femme comme si elle était partie la veille. Rose, en ignorant sa mère, qui est pourtant bel et bien de retour.

C’est illusoire bien sûr ! Le passé, aussi merveilleux qu’il ait été, appartient par définition au passé, à l’Histoire. Et le temps a souvent déformé nos souvenirs. Le futur est incertain. Seul le présent est là, à notre portée. A nous d’en faire un cadeau entre nos mains.

Si tu as parfois recours aux remèdes naturels, je te conseille les Fleurs de Bach « Honeysuckle » et « Chestnut Bud ». La première aide à trouver de la joie dans le présent en y ramenant ses bons souvenirs, sans pour autant regretter amèrement le bon vieux temps. La seconde permet de tirer des leçons et apprendre de ses expériences.

 

Un court roman frais, comme la jeunesse de Rose.

Une fabuleuse histoire, comme les frasques de Manette.

Un chemin vers le pardon, comme un nouveau départ 

Une jolie lecture, comme on en a bien besoin actuellement ♥

 

 

« MAINTENANT, COMME AVANT » par Juliette ARNAUD aux Editions Belfond

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aurore

Aurore

Je m’appelle Aurore et je suis coach d’épanouissement pour femmes à Huy.

Une recherche en particulier ?